Editorial Circuit

  • 1
  • 2
  • 3

PAU Championnat de France GT4 FFSA

GT4 Lédenon SAINTéLOC: Michal-Guilvert sauvent des points...

- Plus difficile pour Debard / Gachet, écartés du top 10
- Estèves / Beltoise forfaits

Audi R8 LMS GT4 #42 (Michal-Guilvert) - QD1 : 7 - QD2 : 5 - C1 : 8 - C2 : 4
Audi R8 LMS GT4 #14 (Debard / Gachet) - QD1 : 22 / QD2 : 12 / C1 : 17 - C2 : 15
Championnat : 1. Michal / Guilvert 80 points - 2. Lémeret / Jean 79 - 3. Servol / Tribaudini 65 - ... 15. Debard / Gachet 15 - ... 24. Estèves / A. Beltoise 1.
Equipes : 1. CMR 25 pts - 2. SAINTéLOC Racing 15 - 3. Speedcar 10 - ...

 

Le grand retour du FFSA GT sur le circuit du Gard, cher à la famille Bondurand, était placé sous le signe de la canicule installée sur la France depuis la fin juin. Des conditions climatiques sur ce tracé tourmenté et au fort dénivelé n'étant pas de nature à favoriser les Audi R8 LMS de SAINTéLOC Racing, dont les caractéristiques techniques et le poids plus élevé que celui de nombre de leurs concurrentes les mettent dans l'incertitude à chaque manche en matière d'usure en course des pneumatiques Pirelli, le fournisseur du championnat.

Avant les qualifications, une retouche de la BOP, la Balance de Performance, enlevait 20 kg de lest aux Audi et Mercedes. Ce qui n'incitait quand même pas l'équipe technique à un excès d'optimisme, au sujet de sa crainte de dégradation des gommes. A la constatation des places de départ décrochées par l'Audi R8 LMS #42, la 7ème pour Fabien Michal et la 5ème pour Grégory Guilvert laissaient espérer des espoirs de résultat dans les dix premiers, synonymes de points à marquer. Un peu moins pour l'Audi R8 LMS #14 dont la tâche s'annonçait plus difficile, Eric Debard n'ayant pu faire mieux que le 22ème chrono dans sa séance entrecoupée par deux drapeaux rouges, avant que Simon Gachet décroche le 12ème des pilotes Pro dans la seconde, ponctuée celle-là par un seul drapeau rouge.

Quant à l'Audi R8 LMS #21 de Olivier Esteves et Anthony Beltoise, elle n'était malheureusement pas du voyage à Lédenon. Accidenté en essais libres sur le circuit de Spa-Francorchamps il y a deux semaines, Olivier Esteves s'est malheureusement cassé le péroné de sa jambe droite, son pied étant resté coincé derrière la pédale de freins lors d'une sortie de piste. Le pilote bisontin a quand même tenu à venir soutenir l'équipe et assister à l'épreuve gardoise en spectateur.

La course 1 allait confirmer la difficulté des équipages Saintéloc à tenir leurs positions, surtout en deuxième relais, une fois les pneus surchauffés sur une piste au-dessus de laquelle le soleil a entretenu tout le week-end une température d'au moins 35°C. Fabien Michal réussissait à occuper la 6ème position lorsqu'il confiait la #42 à Guilvert au 17ème tour. Greg' pointait un moment au 5ème rang une fois tous les arrêts enregistrés, mais il allait ensuite devoir céder à deux Alpine puis à une Mercedes. L'essentiel était de ramener quelques points, en l'occurence les quatre de la 8ème place. Eric Debard, remontait quelques places en tout début de course et la #14 était pointée momentanément 16ème. Mais le pilote albigeois ne pouvait éviter un tête-à-queue et occupait la 20ème place avant le changement de pilote. Simon Gachet occupait la 18ème position une fois le classement stabilisé, mais il ne pouvait espérer mieux que la 17e sous le drapeau à damier.

On s'attendait à un scénario un peu similaire en course 2 dans le stand stéphanois. Grégory Guilvert ne parvenait pas à conserver sa 5e place de départ dans la cohue du premier tour, alors que Simon Gachet, en revanche, se hissait au 11e rang, et même au 7ème au deuxième passage, Grégory glissant à la 11ème place. Les incidents n'étant pas rares en piste, Guilvert parvenait à remonter 8e derrière Simon au huitième tour en dépassant Nouet, mais sans voir le drapeau jaune sur le côté gauche de la piste, un concurrent étant arrêté à l'extérieur de la sortie de ce virage du pont. La sanction logique tombait plus tard, il devait rendre deux positions, comme d'ailleurs Nicolas Prost. Ayant repris la 9ème place, il se retrouvait derrière Gachet dépassé à son tour par l'Alpine de Prost. Le passage de relais s'effectuait au 22ème tour et Fabien Michal se retrouvait 6e. Passé par Servol, la #42 récupérait la place quand un 'stop & go' visait l'Alpine de Lison. Puis une autre quand la Mercedes de Barthez lui cédait. La fin de course était en vue lorsque Eric Debard, pointé 8ème, était repris par l'Alpine de Ferté. Hélas, leur accrochage sortait la #14 des points, un autre incident justifiant alors une neutralisation par 'full course yellow' puis par regroupement sous 'safety car'. Un mal pour un bien au bénéfice de Michal qui, avec seulement 3 minutes restant après la relance, pouvait assurer sa 5ème place ... Devenue 4ème après la course suite à la pénalité attribuée à l'Alpine #76, qui elle n'avait pas rendu suffisament de positions. De fait, Michal et Guilvert conservent pour un point la tête du championnat avant Spa, à l'inverse du premier classement publié.

Ils ont dit :
Sébastien CHETAIL, 'Team Principal' de SAINTéLOC Racing : "On avait remarqué dans les essais jeudi et vendredi, avec la forte température, avec le poids de l'Audi, un moteur V10 sans turbo, que c'est plus difficile, avec moins de reprise. On est obligé de garder beaucoup de vitesse de passage, et le "traction control" ne fait pas tout. On a limité les dégâts. Notre Audi la mieux placée a terminé 8ème samedi et 5ème ce dimanche, et tout point est bon à prendre. Le championnat est long et nous avons à peine atteint la demi-saison.
"Plus généralement, notre première partie de saison n'a pas été facile à gérer, surtout en Blancpain GT Series où nous avons subi beaucoup de faits de courses, et surtout d'accidents. C'est plus embêtant et compliqué humainement, avec tous ces week-ends qui se suivent. Sans parler des frais, des délais, et tout ce qu'il faut comme trésorerie et d'assurances. Toutes ces choses qui font la vie quotidienne des entreprises, et surtout d'un team de course. Ce sont des moments plus difficiles que d'autres."

Grégory GUILVERT (Gold) (Audi R8 LMS GT4 #42), après la course 1 : "Au vu des essais libres, je ne pensais pas que l'on serait si proche en qualification. Le petit réajustement de BOP n'est pas franchement ce qui nous a aidés. Fabien a réussi une belle qualif, avec le 7e chrono. Il a pris un très beau départ pour la course 1. Précautionneux, il a préservé les pneus, mais au bout de six ou sept tours il a commencé à ne pas reconnaître la voiture, un peu comme Eric Debard. Ce sont les pneus qui surchauffent. Il m'a donné le volant en 6ème position, à 6''5 de la tête, donc pas mal du tout. Le changement a été correct. On a perdu une seconde mais il vaut mieux ça que de prendre une pénalité. Dès le 2ème tour, je me suis fait gêner pendant un tour et demi par la Mercedes de Rougier. Mais après il était sur un rythme supérieur et je n'ai pas pu le suivre. Puis j'ai protégé la place contre les Alpine de Jean et Tribaudini pendant trois ou quatre tours, mais il était clair qu'ils étaient sur un autre rythme. Ils sont partis, la Mercedes de Drouet est revenu sur moi et a profité d'un retardataire qui m'a gêné pour me passer. 8e est une maigre consolation. Nos temps au tour restent à peu près constants, et il reste un gros boulot à faire sur l'adaptation à l'usure des pneus. On arrive à garder du pneu jusqu'à la fin, mais sur un autre rythme bien plus lent que les autres."

Fabien MICHAL (Bronze) (Audi R8 LMS GT4 #42), à l'arrivée de la course 2 : "Sur l'ensemble des deux courses on a marqué des points. Mais ce n'est pas très réjouissant pour nous, avec la victoire de Lémeret et Jean. En début de meeting, nous savions que P5 était difficilement envisageable. Aujourd'ui, je tournais en 1'30 alors que Greg tournait hier en 1'28. Ça s'est beaucoup dégradé. Nous étions un peu moins rapides, c'est ce qui a fait la différence. Mais le 'safety car' nous a quand même bien aidé pendant trois tours et cela nous a permis de recoller. C'est quand même inquiétant pour la suite, on voit que l'on n'a pas gommé cet écart, et qu'il y a une différence significative avec les Alpine en termes de dégradation de pneus. Il faut espérer que les organisateurs le voient. Nous on travaille et on a de la chance d'être un équipage sérieux et costaud, ce qui fait qu'on marque des points. Mais l'écart entre la première et la deuxième Audi parle de lui-même."

Eric DEBARD (Bronze) (Audi R8 LMS GT4 #14), après la course 2 : "Ce dimanche, j'ai beaucoup moins souffert de la chaleur que la veille. C'est dommage qu'Alain Ferté ne m'a pas laissé assez de place quand il m'attaquait par l'extérieur. Je le laissais me dépasser en restant sur ma trajectoire, mais il s'est rabattu et on s'est touchés. Sans celà on pouvait faire un top 10. L'auto était bien en début de relais et ensuite j'ai eu un peu de mal avec la dégradation des pneus. Il faut que je travaille un peu le sujet."

La 4ème manche du FFSA GT France / GT4 se produira comme l'an passé en annexe du prestigieux meeting des Total 24 Heures de Spa-Francorchamps, du 24 au 27 juillet.

Communiqué,


Marie-France Estenave pour MFE-Live.com

Autres actus Circuit - FFSA GT