Editorial Raid

  • 1
  • 2
  • 3

Merzouga Rally 2018 Official Teaser

MFE-Live.com - Actus du Dakar

Etienne Lavigne: "Le rayonnement du Dakar profite au Sénégal"

 

Le chanteur Youssou Ndour, Ministre du Tourisme du Sénégal, estime que le rallye-raid Dakar, délocalisé depuis cinq éditions en Amérique latine pour des raisons de sécurité, doit 'reprendre son parcours' en Afrique ou 'abandonner' son label.

Pour Youssou Ndour, "il n'est pas question que le rallye continue de conserver le nom de Dakar en ne parcourant pas l'Afrique. Ou la course reprend son parcours en Afrique, ou elle abandonne le nom de Dakar", a déclaré Charles Faye, conseiller en communication du ministre Ndour.

"Des pertes considérables"
"Youssou Ndour ne peut pas accepter que le rallye garde la notoriété de Dakar et ne vienne pas en Afrique. Ils (les organisateurs) sont libres d'aller où ils veulent mais que le nom soit modifié ou changé, (rallye qui) utilise des supports (publicitaires) qui rapportent de l'argent" aux organisateurs, a indiqué M. Faye.

Or, selon lui, "les pertes sont considérables", notamment dans l'industrie touristique et hôtelière et l'artisanat des pays africains qui étaient traversés par le rallye avant sa délocalisation en 2007", a-t-il ajouté. La capitale sénégalaise a pendant de nombreuses années été le terminus du rallye Dakar, dont le label est resté malgré le déplacement de la compétition hors d'Afrique mais en Amérique du Sud depuis 2009.

La décision de délocaliser le rallye en Amérique latine fait suite à l'assassinat, fin 2007 en Mauritanie, de quatre touristes français, un événement attribué à des proches d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), puis la mort de trois militaires mauritaniens dans une attaque encore mal élucidée, qui ont contraint les concurrents du Dakar-2008 à rester à quai, à Lisbonne, à la veille du départ.

Le 35ème rallye-raid Dakar, 5ème du genre en Amérique latine, est organisé du 5 au 20 janvier sur 8.400 km au Pérou et au Chili, avec une incursion en Argentine. Des pilotes de 53 nationalités participent au Dakar 2013, le nombre le plus élevé depuis la création de la compétition en 1978, selon les organisateurs.

Le patron du rallye, Tienne Lavigne réagit aux propos de Youssou NDour...
"Évidemment, le Dakar aimerait revenir en Afrique." Et pourtant, il ne devrait pas le faire de sitôt, à en croire Étienne Lavigne. Le patron du Dakar a été interpellé mercredi par Youssou NDour, ministre du tourisme et de la culture du Sénégal. Celui-ci réclame soit le retour de la course dans son pays, soit l’abandon du terme 'Dakar'. "L’actualité africaine en ce moment est encore compliquée. Il y a un manque de visibilité sur la situation globale sur l’Afrique de l’ouest pour imaginer revenir sur le continent", enchaîne Étienne Lavigne.

Pour autant, la course ne devrait pas changer de nom. D’abord parce que "le rayonnement du Dakar profite au Sénégal comme il lui a toujours profité avant", assure le patron du Dakar. Ensuite parce qu’il ne risque pas de céder si facilement l’emploi du nom de la capitale sénégalaise. "Vous savez, il y a un parfum qui s’appelle Paris. Y a t'il un accord commercial ? Non. La marque Dakar est déposée depuis très longtemps." 

Un débat sans fin qui dure et qui ne changera pas... Le nom 'Dakar' est déposé par Amaury Sport Organisation et le rallye quel que soit son déroulera restera le 'Dakar' même si, il est aujourd'hui au pied de la Cordillères ! Que cela n'en déplaise...

Patrick Filleux - AFP,

 


Marie-France Estenave pour MFE-Live.com

Actus Raid - Dakar