Editorial Raid

  • 1
  • 2
  • 3

Morocco Desert Challenge 2019

MFE-Live.com - Actus du Dakar

Dakar : Sécurité maximale !

Le Dakar a souvent été décrié par certains médias en raison de sa dangerosité. Cette épreuve imaginée par Thierry Sabine a connu son lot de drame mais en se penchant sur les statistiques, le Rallye-Raid est loin d’être le sport le plus dangereux.

Quoiqu’il en soit, pour l’organisateur ASO (Amaury Sport Organisation), il n’est pas question d’arguer d’une quelconque étude pour se défausser de sa responsabilité. Depuis la création du Dakar, la sécurité a toujours été une priorité, c’est même devenu une obsession, la n°1 d'ailleurs ! Pour être irréprochable, être le plus efficace possible et parer à la moindre éventualité, ASO a mis en place un véritable arsenal pour assurer la sécurité de tous les acteurs du Dakar.

La Sécurité des spectateurs… De l’Afrique à l’Amérique du Sud
La sécurité des spectateurs est une gestion difficile à contrôler car l’organisateur qui n’a pas, à proprement parlé, d'emprise directe sur le public. En Afrique, le risque était très important avec une population beaucoup moins sensibilisée aux risques de la route que dans les pays développés,  et de surcroit à ceux d’une compétition de sports mécaniques. ASO a donc multiplié des campagnes de prévention, avec des équipes parcourant tous les villages traversés durant plusieurs semaines puis, quelques jours avant la course. Rien n’a été laissé au hasard, mais le public est souvent incontrôlable. En quittant le continent Africain pour l’Amérique du Sud, le Dakar a fait route vers une population plus sensibilisée mais peu disciplinée La grosse différence avec l’Afrique, c’est la massivité du public Sud-Américain.

De nouvelles contraintes
Face à la popularité du Dakar Sud-Américain, et l’impossibilité de sécuriser 300 à 800 kilomètres de parcours quotidien, ASO a du activement collaborer avec les autorités des pays traversés pour trouver des solutions. 25.000 personnes des forces de l’ordre sont dépêchés pour sécuriser le parcours. Le point central du dispositif est la mise en place de zones spectateurs pour éviter que ceux-ci ne se dispersent n'importe où et s'installent, sans le vouloir, sur des zones à risque. Une prise en considération qui permet à l’organisateur de modifier le parcours, en coopération avec les forces de l’ordre, si la crainte d'un public trop indiscipliné se faisait sentir dans une zone dangereuse. En Amérique du Sud, lle Dakar est vraiment à l'image du Tour de France.

Une Equipe Médicale hors normes
Le staff médical du Dakar se chiffre entre 50 et 60 personnes. Un véritable hôpital de campagne est installé chaque jour sur le bivouac et oeuvre 24 heures sur 24. Un système de 'tiroir' est mis en place pour permettre une plus garnde efficacité des interventions.

Un temps moyen d’intervention de moins de 20 minutes
Grâce à son impressionnante logistique, le Dakar peut, sans rougir, concurrencer le SMUR Parisien en terme de temps d’intervention. Dix voitures avec deux médecins à bord, 3 hélicoptères médicalisés transportant trois médecins, un médecin dans chacun des trois véhicules balais… Des moyens colossaux et un maillage du terrain étudié minutieusement. Le temps d’intervention des équipes médicales n’excède pas les 15 à 20 minutes. On peut parler de prouesse quand on sait que les spéciales peuvent s'étaler sur 400 à 500 kilomètres…  L’hélicoptère est la base de la sécurité en rallye-raid. Si, pour une raison ou pour une autre, le brouillard par exemple était présent et que, les hélicos ne peuvent pas décoller, la course serait neutralisée.
Que se passe-t-il aussi si, les trois hélicos médicalisés sont mobilisés et ne peuvent pas intervenir sur d’autres accidents ? En pareilles circonstances, ASO réquisitionnerait les hélicoptères dédiés à d’autres tâches. Ceux de la presse, par exemple seraient échanger... "L’important est de posséder en permanence un hélicoptère opérationnel. Si tel n’est pas le cas, le 'Plan Sable' tel est son nom, nous emmène à stopper la course car nous ne possédons plus la sécurité requise. Jusqu'à présent, cela ne s’est jamais produit. Nous avons été jusqu’à la limite d’un seul hélicoptère disponible mais jamais au-delà. La procédure est rôdée et si nous arrivions à une telle extrémité, nous n’hésiterions pas une seconde. C’est vital !" explique David Castéra, directeur sportif du Dakar.

L’élément Central : Le PCO
Le PCO ou PC Organisation (aussi PC Course) est le point central du Dakar. Y sont prises toutes les décisions et le déclenchement des secours selon les informations reçues… C’est un cœur !
Mais le PCO c'est quoi exactement ? Deux entités : un PC terrain qui marche en tiroir et se veut opérationnel H24 et un PC déporté, basé à Issy-les-Moulineaux, dans les locaux de ASO. Toutes les communications du Dakar sont relayées par satellite y parviennent. L’avantage du PC parisien est d’évoluer dans des locaux fixes. Une quinzaine de personnes qui assurent les trois-huit et gèrent toutes les informations reçues par l'Iritrack des concurrents. Le système est simple : du PC parisien, retour sur le PC terrian ! Un dispositif binôme intelligemment étudié et bien rôdé qui découle sur de l'efficacité. En amont du Dakar, une simulation d'une journée est organisée avec tous les opérateurs qui officieront sur les PC Paris et sur le terrain. Un entraînement quasi militaire pour une organisation qui se doit d’être au top sans droit à l’improvisation.

Antoine Plouvin,


Marie-France Estenave pour MFE-Live.com

Actus Raid - Dakar